cine-psy.com

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Rencontre

4 mois, 3 semaines et 2 jours

Imprimer

VOUS ÊTES CORDIALEMENT INVITÉS À UNE RENCONTRE DU CINÉ-PSY SUR LE FILM :

« 4 MOIS, 3 SEMANES ET 2 JOURS » de Cristian Mungiu

avec LUIGI MATTEI

Président de la communauté roumaine de Québec


Notice biographique

Né  1960, Roumanie
1967-1975 : École générale
1975-1979 : Lycée militaire, profil mathématique-physique
1979-1982 : École militaire d’officiers actifs, spécialité radiolocation (radars)
1982-1994 : Officier dans l’Armée roumaine (dernier grade Capitaine)
1997 : Immigré à Québec
1997-1998 : Programme général d’intégration linguistique, connaissance de la langue française et de la société québécoise (COFI, ville de Québec)
1999-2002 : Baccalauréat en informatique, Faculté de Science et Génie, Université Laval, Québec
2002- : Analyste en informatique, RAMQ
2004- : Membre au conseil d’administration de l’APIIQ (Association professionnelle des informaticiens et informaticiennes du Québec)
2004- : Président, Communauté Roumaine de Québec


Marié, 5 enfants

Donc 10 ans vécus à Québec et 37 ans vécus en Roumanie dont 29 sous le régime communiste.


Date et lieu de la rencontre
Mardi  4 décembre 2007, à 17h 30/souper et à 19h/exposé & échange, au Restaurant « Le Rameau d’Olivier », 1282, avenue Maguire, Sillery.

Réservations : 687-9725  N.B. : Assurez-vous, avant de réserver, d’être en mesure d’assister à la rencontre. Il est important aussi de vous présenter dès 17h30, de façon à ne pas retarder le déroulement de la soirée.

La rencontre sera encadrée par Marcel Gaumond, Ph. D., psychanalyste 

Prix d'entrée : 5$ (3$ pour les détenteurs de l'Abonne-Clap).

 


Page 66 sur 71

CItation

« François Paradis regarda Maria à la dérobée, puis détourna de nouveau ses yeux en serrant très fort ses mains l’une contre l’autre. Qu’elle était donc plaisante à contempler! D’être assis auprès d’elle, d’entrevoir sa poitrine profonde, son beau visage honnête et patient, la simplicité franche de ses gestes rares et de ses attitudes, une grande faim d’elle lui venait et en même temps un attendrissement émerveillé, parce qu’il avait vécu presque toute sa vie rien qu’avec d’autres hommes, durement, dans les grands bois sauvages ou les plaines de neige. Il sentait qu’elle était de ces femmes qui, lorsqu’elles se donnent, donnent tout sans compter : l’amour de leur corps et de leur cœur, la force de leurs bras dans la besogne de chaque jour, la dévotion complète d’un esprit sans détours. »
Maria Chapdelaine (roman), Louis Hémon, Éditions JCL, 2013, p. 125-126

Bande-annonce du film