cine-psy.com

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Rencontre

Ce qu'il faut pour vivre

Imprimer

VOUS ÊTES CORDIALEMENT INVITÉS À UNE RENCONTRE DU CINÉ-PSY SUR LE FILM :


« CE QU’IL FAUT POUR VIVRE» de Benoît Toupin

avec

 

Colette Couture, infirmière

ÉLÉMENTS BIOGRAPHIQUES
 

Colette Couture est une infirmière ayant travaillé dans le Grand Nord québécois pendant 13 ans, soit de 1976 à 1989. Ayant déjà cumulé 5 années d’expérience en pédiatrie et dans un hôpital isolé et nordique de Gagnonville, elle se sentait prête, en 1976, à relever le grand défi de devenir infirmière de poste isolé.  Le premier village qui lui fut assigné était Tasiujaq.  D’autres villages ont suivi tels que Kangiqsuallujuaq, Aupaluk et Akulivk. En 1982, après avoir complété un Bacc en nursing, elle retourne à Tasiujaq avec son mari et son nouveau-né de quelques semaines. Elle y demeurera  7 ans pendant lesquelles 2 autres enfants naîtront. En plus d’accomplir les tâches quotidiennes d’une infirmière de poste, elle se consacre à la promotion de la santé de la population inuit en formant des travailleurs communautaires inuits à prodiguer l’enseignement à la population dans leur langue et adapté à leur culture. Dans ce contexte, deux projets de vidéo sur le tabagisme et sur les maladies transmises sexuellement ont été produits, entièrement au nord et en inuktitut.

Sa passion du Nord ne se limite pas à la pratique infirmière. Pendant toutes ces années, elle  profite de son séjour pour explorer l’environnement à travers des expéditions de canot sur les grandes rivières environnantes telles que la rivière aux Feuilles ainsi que  les rivières George et Korok.

Revenue au Sud, elle continuera d’être associée à différents projets reliés à la recherche sur la santé des inuit et à la formation des intervenants de santé au Nunavik, notamment celui d’une formation en technique infirmière donnée à Kuujjuuak en collaboration avec le collège John-Abbot. 

Elle travaille présentement à la direction de santé publique de Québec, dans le domaine de l’immunisation.


Date et lieu de la rencontre
Mardi  23 septembre 2008, à 17h 30/souper et à 19h/exposé & échange, au Restaurant « Le Rameau d’Olivier », 1282, avenue Maguire, Sillery.
 

Réservations : 687-9725  N.B. : Assurez-vous, avant de réserver, d’être en mesure d’assister à la rencontre. Il est important aussi de vous présenter dès 17h30, de façon à ne pas retarder le déroulement de la soirée.

La rencontre sera encadrée par Marcel Gaumond, Ph. D., psychanalyste 


Prix d'entrée : 5$ (3$ pour les détenteurs de l'Abonne-Clap).

 


Page 62 sur 71

CItation

« François Paradis regarda Maria à la dérobée, puis détourna de nouveau ses yeux en serrant très fort ses mains l’une contre l’autre. Qu’elle était donc plaisante à contempler! D’être assis auprès d’elle, d’entrevoir sa poitrine profonde, son beau visage honnête et patient, la simplicité franche de ses gestes rares et de ses attitudes, une grande faim d’elle lui venait et en même temps un attendrissement émerveillé, parce qu’il avait vécu presque toute sa vie rien qu’avec d’autres hommes, durement, dans les grands bois sauvages ou les plaines de neige. Il sentait qu’elle était de ces femmes qui, lorsqu’elles se donnent, donnent tout sans compter : l’amour de leur corps et de leur cœur, la force de leurs bras dans la besogne de chaque jour, la dévotion complète d’un esprit sans détours. »
Maria Chapdelaine (roman), Louis Hémon, Éditions JCL, 2013, p. 125-126

Bande-annonce du film