cine-psy.com

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Slalom

Imprimer

Film faisant l'objet de la chronique du Ciné-psy parue dans le magazine Le Clap de décembre 2020 / janvier 2021


Message à tous les Ciné-psyles et Clapinois-e-s

Vous souhaiter tout d'abord un heureux Temps des Fêtes !

Puis vous remercier pour votre fidélité aux "Rencontres du Ciné-psy" qui ont pu fêter leur vingt-cinquième anniversaire, au restaurant L'Épicurien de l'avenue Maguire, le 25 février dernier - peu de temps avant le début de la pandémie - en présence de Robin Plamondon, directeur du Clap et Gilles Carignan, conjoint de notre regrettée Stéphanie Bois-Houde et directeur général du quotidien Le Soleil. Dans une salle comble, nous avons alors été "comblé" par le commentaire de Pierre Blais, chroniqueur cinéma au magazine Le Clap, sur le film "Les misérables" de Ladj Ly

Et finalement, en ce Temps des Fêtes centré sur la naissance symbolique d'un Enfant-Dieu, formuler de tout cœur le souhait qu'en cette année nouvelle qui approche, les deux nouveaux cinémas Le Clap puissent à nouveau nous ouvrir grand leurs portes et nous offrir ce qui, dans la tradition du Clap, s'avère le meilleur du cinéma, médium exceptionnel de projection de ce que les humains vivent au quotidien, tant dans le registre du Tragique que dans celui du Merveilleux.

À chacune et à chacun, une année 2021, sous le sceau de la renaissance et de la créativité,

L'équipe du Ciné-psy

__________________________

Suggestion de "cadeau de Noël" : abonnement à la Revue de Psychologie Analytique

Le site du Ciné-psy est dédié à Stéphanie Bois-Houde, notre brillante et inoubliable amie, ex-rédactrice en chef du magazine le Clap

 


Page 9 sur 83

CItation

« Après avoir fait courir les cinéphiles de Québec pendant 25 ans, l’heure est maintenant aux adieux pour les Rencontres Ciné-Psy. Un total de 125 rencontres ont eu lieu à travers toutes ces années, dont certaines ont mis en vedette des journalistes du Soleil.

 

C’était devenu une vénérable institution pour les amateurs de long métrage dans la Capitale-Nationale. «On avait des gens qui venaient à toutes les Rencontres, c’était de véritables fidèles», confie Marcel Gaumond, celui qui est derrière le projet depuis le tout début.

[...]

La formule des Rencontres était toute simple. Il s’agissait de réunions où l’on débattait d’un film et des enjeux qu’il soulève. La discussion tournait non seulement autour d’un long métrage, mais était aussi nourrie des propos d’un conférencier.

[...]

L’idée de génie lui est venue lors d’un souper avec le directeur du cinéma Le Clap de l’époque, Michel Aubé, en 1995. L’étincelle n’a pas été causée par les réminiscences des auberges de Zurich, mais bien par des souvenirs ancrés ici, sur le chemin Sainte-Foy. «Quand j’avais 19 ans, on avait fondé une boîte à chansons où il y avait eu non seulement des chanteurs, mais des expositions artistiques, du théâtre, etc. [...] Alors je dis à Michel, qu’est-ce que tu dirais si on faisait des rencontres, mais sous forme de discussions qui porteraient sur des films ?» raconte M. Gaumond. Des réunions à saveur artistique comme celles qui avaient lieu dans les boîtes à chansons, auxquelles on ajoute les discussions chaleureuses des auberges de montagne, voilà qui en faisait une idée très originale.

 

Semble-t-il qu’elle n’était pas trop éclatée pour M. Aubé, puisqu’il aurait tout de suite accepté l’offre. Ce fut un choix judicieux, car les Rencontres sont devenues très populaires au fil du temps. [...] »

 

Extraits de l’article « Les rencontres Ciné-Psy auront duré un quart de siècle »