cine-psy.com

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Chroniques

The pillow book

Imprimer

 

Commentaire sur le film THE PILLOW BOOK

ÉCRIRE POUR NE PAS MOURIR

par Marcel Gaumond

LE PÈRE

Savait à partir de quoi le corps avait été créé. Il avait suffi de modeler une motte de terre et d’y introduire son souffle pour lui donner la vie. Le père savait aussi ce qui avait présidé à la naissance de l’âme. Sur les yeux du corps de l’enfant, il avait écrit le mot lumière. Sur sa bouche, il avait écrit le mot parole. Et sur son sexe, le mot amour.

LA FILLE

Portait, inscrite dans son cœur, la mémoire de la blessure originelle. Son père avait été forcé de se soumettre au pouvoir véreux d’une autorité abusive. Réduit à l’impuissance, celui-ci avait sombré dans le silence et la dépression.

L’AMANT

Avait été saisi par la douleur de la femme. Il n’eut plus dès lors d’autres raisons d’être que de devenir le miroir vivant de cette douleur et puis le parchemin sur lequel l’Histoire sacrée serait réécrite.

THE PILLOW BOOK

Un film-poème dans lequel chaque mot est porteur d’un sens mystérieux et chaque image le reflet d’une beauté indicible.

Un chef-d’œuvre qui soulève de façon magistrale des interrogations subtiles sur les rapports entre l’Orient et l’Occident, le sacré et le profane, la tradition et la modernité, l’érotisme et la spiritualité, la nature et la culture, l’homme et la femme.

 
Plus d'articles...


Page 102 sur 103

CItation

Sommes-nous suffisamment conscients de la détérioration sans précédent de l’état de notre maison commune, fragilisée par les perturbations climatiques, et de « la menace immédiate et potentiellement irréversible pour les sociétés humaines et la planète », dont les conséquences entraînent l’insécurité, les mouvements de réfugiés, des pertes et des préjudices définitifs, et qui constitue « un sujet de préoccupation pour l’humanité tout entière »? Cf. : Accord de Paris : Projet de décision/COP21

Thomas De Koninck et Jean-François de Raymond. Premières lignes du manifeste Beauté oblige. Écologie et dignité, P.U.L., nov. 2018

Le poète a toujours raison

Qui voit plus haut que l'horizon

Et le futur est son royaume

Face à notre génération

Je déclare avec Aragon

La femme est l'avenir de l'homme

Refrain de la chanson de Jean Ferrat « La femme est l’avenir de l’Homme »

Bande-annonce du film