cine-psy.com

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Rencontre Gemma Bovery

Gemma Bovery

Imprimer

Vous êtes cordialement invités à la rencontre du Ciné-psy du 2 décembre 2014

sur le film

GEMMA BOVERY de Anne Fontaine

avec

MIRA FALARDEAU

Docteure en Sciences de l'art de la Sorbone et spécialiste en humour visuel

Notice biographique
Mira Falardeau est bien connue du milieu culturel québécois où elle anime et pilote des réalisations tournant autour de l’humour. Spécialiste de l’image comique (caricature, bande dessinée, dessin animé, multimédia,Web), Mira Falardeau est historienne de l’art et dessinatrice, et elle poursuit une double carrière de théoricienne et de praticienne. Elle détient un doctorat en Sciences de l’art, Théorie et pratique (Sorbonne, 1981, La bande dessinée faite par les femmes en France et au Québec depuis 1960) et une maîtrise en histoire de l’art (Université Laval, 1978, L’humour visuel : un modèle d’analyse visuelle des images comiques). Elle a été professeur en cinéma et communication et de français à l’Université Laval (1975-76, 1992), à l’Université d’Ottawa (1983-84), au Cégep de Sainte-Foy (1987-89), au Cégep de Limoilou (1997-2005). Elle publie par ailleurs des dessins et des bandes dessinées dans diverses publications féministes (Châtelaine, La Vie en Rose, Heresies, Les cahiers de la femme, Recherches Féministes) et participe à plusieurs expositions de groupe (Art et féminisme, Musée d’art contemporain, 1981, Radical Humor, NY University, 1983, Pork Roasts, 250 Feminist drawings, UBC, Vancouver, 1981) et solo. En 2001, elle signe l’adaptation en BD du texte théâtral d’Anne Hébert La mercière assassinée (Soulières éditeur). Elle s’adonne depuis 6 ans à la sculpture humoristique sur bois et médiums mixtes.


Elle a signé la première histoire de la bande dessinée québécoise  La bande dessinée au Québec  (Boréal, 1994). Elle a publié Histoire du cinéma d’animation au Québec (2006),  Histoire de la bande dessinée au Québec (2008) et une Histoire de la caricature au Québec (2009) avec Robert Aird en 2009 chez VLB Éditeur, récipiendaire de deux prix : un prix du livre politique de la Présidence de l’Assemblée Nationale en avril 2010 et le grand prix de l’Assemblée Nationale décerné par l’IHAF (Institut d’Histoire de l’Amérique Française) en octobre 2010. En 2014, elle publie un essai sur la présence des femmes en caricature, BD et cinéma d’animation : Femmes et humour, chez PUL au Québec et chez Hermann en France.


Elle est également commissaire pour plusieurs expositions dont   Les Aventures de la bande dessinée québécoise (Musée du Québec, 1997), Les débuts de la bande dessinée québécoise de 1904 à 1908 (Bibliothèque Nationale du Québec à Montréal, 2004),  Les histoires en images : ancêtres de la BD (Grande Bibliothèque de Montréal, 2008) et Manga : art du mouvement et Raconte-moi un manga (Grande Bibliothèque de Montréal, 2011-2013, Bibliothèque Gabrielle-Roy, 2013). Elle est membre de l’Observatoire de l’humour, un regroupement de chercheurs dédié à la recherche sur l’humour sous toutes ses formes.


Biographie d’artiste
En tant qu’artiste, Mira Falardeau commence à publier des dessins et des bandes dessinées au milieu des années 1970 et durant les années 1980 dans divers journaux et magazines, tels Perspectives, Châtelaine, Le Fil des évènements, La vie en rose, Le Soleil. Son style est marqué par la ligne claire, dans la lignée des dessinateurs européens.


Durant ces mêmes années, elle expose régulièrement ses encres et aquarelles en solo : La Mansarde (Montréal, 1975), Le Kriegoff (1984), Le Bilboquet (1984), Le Fou Bar (1985), Bibliothèque Charles-H. Blais (1993), Le Sacrilège (2003). Elle participe également à une foule d’expositions de groupe, dont « Je ris, tu ris » (Musée du Québec, 1976), Les Festivals internationaux de la BD de Montréal (Université de Montréal, 1976-1979), les Salons internationaux de la caricature (Pavillon de l’Humour de Terre des hommes, 1977-1981), Pork Roasts, (UBC, Vancouver et Chicago 1981), « Art et féminisme » (Musée d’art contemporain de Montréal, 1981), « Radical Humor Show », (New York University, 1982).


En 1981, elle termine un doctorat à La Sorbonne en Arts Plastiques, Théorie et pratique, avec un volet pratique où elle produit et expose une série de peintures acryliques sur le thème des femmes voilées, exposées au Jardin des Arts de St-Germain-en-Laye, près de Paris. Elle se consacre par la suite à l’enseignement, au commissariat d’expositions et à l’écriture d’essais sur l’humour.  Elle poursuit épisodiquement sa production artistique en signant des couvertures de revues (1991, 2003) et un album entier de BD, tiré d’un texte d’Anne Hébert, La Mercière assassinée (Soulières Éditeur) en 2001. Elle débute la sculpture sur bois en 2008, et produit depuis des œuvres humoristiques alliant le bois et les objets technologiques, allant du format monumental au format de table.


Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Présente sur Facebook.

 

 

CItation

« Imaginez, si l’ensemble de l’énergie productive et créative des personnes qui travaillent chaque jour sur la planète n’était pas concentrée à faire tourner la machine économique, mais à pratiquer des activités qui leur donnent une irrépressible envie de sauter du lit chaque matin, et que cette énergie soit mise au service de projets à forte utilité écologique et sociale… Il y a fort à parier que le monde changerait rapidement. »

Extrait du Petit manuel de résistance contemporaine de Cyril Dion, coréalisateur du film « Demain »

 

Bande-annonce du film