cine-psy.com

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Rencontre DES HOMMES ET DES DIEUX

DES HOMMES ET DES DIEUX

Imprimer

Vous êtes cordialement invités aux rencontres du Ciné-psy qui porteront SUR LE FILM DES HOMMES ET DES DIEUX de Xavier Beauvois

avec

THOMAS DE KONINCK

professeur à la faculté de philosophie de l'Université Laval

_________________________________________________________________________

Thomas De Koninck - CV

Diplômes principaux et carrière:

M. A. Lit. Hum. (Oxford, 1963); PH. D. (Université Laval, 1971). Instructor and Assistant Professor, Department of Philosophy, University of Notre Dame (U.S.A.) 1960-1964. Professeur adjoint (1964), agrégé (1971), titulaire (1977), Faculté de philosophie, Université Laval. Doyen de la Faculté de philosophie de l'Université Laval, 1974-1978. Professeur invité, Université de Bourgogne (Dijon); Institut d’Études Politiques («Sciences Po»), Paris; University of Notre Dame (U.S.A.). Enseignements principaux, aux trois cycles: Philosophie grecque, Éthique, Philosophie de la connaissance, Anthropologie philosophique, Philosophie de l’éducation. Conférences fréquentes. Direction achevée, depuis 1964, de 19 thèses de licence, 103 mémoires de maîtrise et 47 thèses de doctorat; direction en cours d’une quarantaine de mémoires de maîtrise et thèses de doctorat. Rédacteur (philosophie), LTP.

Bourses, prix et distinctions:

Rhodes Scholar, 1956-1959 (Oxford). Alexander von Humboldt-Stiftung Stipendiat, 1972-1973 (Freie Universität, Berlin). Prix La Bruyère de l’Académie Française, 1996, pour l’ouvrage, De la dignité humaine. Officier dans l’Ordre des Palmes académiques (France),1996. Président de l’Association canadienne de philosophie, 2000-2001. Élu à l’Académie des Lettres et Sciences Humaines de la Société Royale du Canada, 2002. Prix d’excellence en enseignement de l’Université Laval, 2002-2003. Titulaire de la Chaire La philosophie dans le monde actuel, Université Laval, depuis 2004. Membre de l’Ordre du Canada depuis 2005. Titulaire de la Chaire de métaphysique Étienne Gilson (Paris), 2007-2008.

Principales publications récentes :

Nombreux essais, articles et conférences. Ses livres incluent : De la dignité humaine, 1995 (2e édition dans «Quadrige», 2002), couronné en 1996 par le prix La Bruyère de l’Académie française ; La nouvelle ignorance et le problème de la culture (2e édition, 2001) ; Philosophie de l’éducation. Essai sur le devenir humain (2004) ; Aristote, l’intelligence et Dieu, 2008, publiés tous les quatre aux Presses Universitaires de France ; et la codirection avec Gilbert Larochelle du collectif : La dignité humaine. Philosophie, droit, politique, économie, médecine, Paris, PUF, coll. «Débats philosophiques», 2005. Il faut y ajouter La crise de l’éducation, Québec, Fides, 2007; Philosophie de l’éducation pour l’avenir, Québec, Presses de l’Université Laval, 2010; Questions ultimes (sous presse), Presses de l’Université d’Ottawa, hiver 2011; À quoi sert la philosophie?, à paraître aux Presses de l’Université Laval en 2011; de même que Dieu au tribunal de la raison, chez Boréal, en 2011.

___________________________________________________

Les rencontres du 22 et 23 février auront lieu au Studio P situé au 280 Saint-joseph Est, à Québec.

18h/19h buffet, 19h/21h30 conférence et échange

Ces rencontres seront encadrées par Marcel Gaumond, psychanalyste

Coût d'entrée: 18$ (incluant admission et buffet)

Réservation: de préférence par courriel ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou par tél. (418-683-0711)

 

 

CItation

« Chez le jeune enfant, la colère, qui s’exprime dans des réactions clastiques [violentes] et destructrices, constitue une étape incontournable avant qu’il ne parvienne à la transformer en un processus d’individuation et de séparation. L’enfant doit passer de l’isolement, ressenti comme perte, comme désarroi et générateur de colère, à la capacité d’accepter la solitude comme condition même de la relation à autrui. La solitude, en ce sens, est le contraire de l’isolement qui est la marque d’une désocialisation et d’une perte du lien aux autres. Cette forme de colère caractérise très tôt le comportement de l’enfant, dans la mesure où il se vit dès la naissance comme le centre du monde et veut l’organiser autour de lui, sans différenciation entre lui et sa mère, entre lui et les objets qui l’entourent. »
« Du bon usage de la colère », Jacques Sédat, in revue Études, nov. 2013

Bande annonce du film