cine-psy.com

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Séraphine

Imprimer
Mardi, 20 janvier 2009

Au  restaurant LE RAMEAU D’OLIVIER, 1282, avenue Maguire, Sillery

RENCONTRE DU CINÉ-PSY

SUR LE FILM

avec Geneviève Ousset, artiste en arts visuels 

 

Commentaire de Marcel Gaumond sur le film Un conte de Noël



 


Page 63 sur 73

CItation

Lorsqu'on pénètre aujourd'hui dans ces hauts lieux de souffrance que sont les hôpitaux de nos grandes villes, il est rare d'y trouver cette part faite au symbolique, rare qu'un séjour entre ces murs éveille qui que ce soit aux réalités spirituelles. Bien que l'expérience de la maladie fournisse une occasion propice à une réflexion sur les valeurs fondamentales de l'existence, voire un espace-temps privilégié pour l'amorce d'une transformation en profondeur des attitudes et des habitudes, le monde médical contemporain ne semble pas tellement touché par ces dimensions intérieures. Pas de place en ces lieux pour le recueillement, pas de temps pour une vraie présence à l'autre. Comme si l'expertise scientifique et la puissance technologique pouvaient, à elles seules, venir à bout de tout ce qui s'appelle maladie. Comme si l'opération systolique de la science médicale n'était pas vouée à l'échec sans l'intervention diastolique de l'art médical, un art qui, comme Jung aimait à le répéter, «requirit totum hominem »/« requiert l’homme tout entier ».

Extrait du livre L'espace sacré de la relation thérapeutique (en vue d'être prochainement publié).