cine-psy.com

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Les fleurs bleues

Imprimer

Texte du commentaire offert par Dominique Paquette sur le film "La Reine garçon", lors de la Rencontre du Ciné-psy du 28 septembre 2016

______________________

PROCHAINE RENCONTRE DU CINÉ-PSY

Mercredi 12 avril 2017

sur le film LES FLEURS BLEUES de Andrzej Wajda

avec ÉRIC MOREAULT, journaliste au cinéma au quotidien Le Soleil

___________________________________________________________________

  • Les "Rencontres du Ciné-psy" ont lieu maintenant le mercredi soir, à compter de 18h, au sous-sol de la bibliothèque Charles-H.-Blais, située au 1445 avenue Maguire, à Sillery (ville de Québec).
  • Localisation de la bibliothèque Charles-H. Blais. À noter: le stationnement est gratuit sur la rue et dans les divers espaces de stationnement à compter de 18h.
  • Horaire: 18h/19h buffet préparé par   19h/21h30 conférence et échange

Réservations: de préférence par courriel ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) ou par tél.: (418-683-0711)

N.B.: Afin de recevoir régulièrement l'information sur les activités du Ciné-psy, expédiez votre adresse de courriel à:

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

_______________________________________________________________________________________________

Procurez-vous, en librairie, le nouvel ouvrage sur les "Rencontres du Ciné-psy"

 


Page 7 sur 63

CItation

« Chez le jeune enfant, la colère, qui s’exprime dans des réactions clastiques [violentes] et destructrices, constitue une étape incontournable avant qu’il ne parvienne à la transformer en un processus d’individuation et de séparation. L’enfant doit passer de l’isolement, ressenti comme perte, comme désarroi et générateur de colère, à la capacité d’accepter la solitude comme condition même de la relation à autrui. La solitude, en ce sens, est le contraire de l’isolement qui est la marque d’une désocialisation et d’une perte du lien aux autres. Cette forme de colère caractérise très tôt le comportement de l’enfant, dans la mesure où il se vit dès la naissance comme le centre du monde et veut l’organiser autour de lui, sans différenciation entre lui et sa mère, entre lui et les objets qui l’entourent. »
« Du bon usage de la colère », Jacques Sédat, in revue Études, nov. 2013

Bande annonce du film